L'INTERDIT D'INTERDIRE

Historique :
Origine religieuse, XVIIè siècle
En fonction du désir de manifester l'exercice d'un pouvoir et du besoin de l'exercer effectivement: il s'agissait d'interdire à une personne, par exemple, de dire la messe ou encore de frapper d'interdit une église dans laquelle un assassinat ou un sacrilège avait été commis.

L'interdit porte donc sur une action qui ne doit pas être accomplie ou sur un lieu, il est personnel ou local.

L'interdit peut être social.
Pour nier l'interdit il ne faut pas interdire, il faut douter de tout ... mais avec une exception: ne doutez pas de cette formule.
L'enjeu est immense: il s'agit de la culture, ce que l'homme ajoute à la nature en concevant et partageant (entre-dire) des règles qu'il s'impose à lui-même comme aux autres.

Il est interdit d'interdire

Ce slogan de Mai 68 était accompagné de jouir plus et de l'imagination au pouvoir.

Mais comme dit Saint Just dans son discours de Vendémiaire "La force des choses nous a amenés là où nous n'avions pas pensé ..." discours de réaction et à la multiplication des interdits. 

Comme si, on ne pouvait libérer l'homme qu'en le réduisant à l'infra humain, à des revendications qui dissimulent un doute sur son identité et renonce à la dignité.

Le désir n'est plus que rêve de satisfactions immédiates, réduit à un besoin.La confusion s'installe entre l'idéal et la satisfaction d'un besoin: un suicide de l'humanité. 

Une force ne prend forme que de ce qui la limite dans son application. Sinon elle se perd dans la violence ou la régression à l'infrahumain.

Comment nier que le désir prend force de l'interdit et prend forme de la volonté qui le réalise en respectant ce qui est "dit entre nous", ce qui sera changé en règle, puis en loi, être de raison, fondée sur le bien commun qui la légitime et le respect de la personne, capable d'autonomie comme obéissance à la loi qu'elle se prescrit: la loi pour tous et par tous

L'interdit d'interdire, ça ne tient pas debout.

Comme dit Georges  BATAILLE, « L'homme, comme être de culture, est donc celui qui refuse, qui nie, qui ne se résigne jamais à ses limites. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :